Mon cher petit pays (#PrayForBelgium)




photo article attentat

D'habitude, je ne polémique pas sur les sujets comme cela. Mais...

La Belgique, c'est mon pays. C'est mon Home Sweet Home.

J'ai beau la critiquer, lui trouver des défauts, je ne peux pas oublier qui je suis. Je suis née Belge et je le serais toujours.

J'aime un peu trop les frites, le chocolat et les boulettes. J'aime un peu trop l'ironie et me foutre de tout et de tout le monde (me foutre du caillon, comme on dit chez moi).

Je tourne tout à l'humour parce qu'une fois qu'on arrive plus a le faire, c'est fini. La vie a perdu, la morosité s'est installée. Nous les Belges, on est comme ça.

Bien sûr, j'ai été émue des autres attentats, en Turquie, au Mali et bien d'autres endroits ailleurs. Moi aussi, je trouve qu'on n'en parle pas assez.

Mais cette fois... C'était différent. C'était mon pays, mon cher pays, petite terre plate, qui était visé. Tu sais, là où j'ai appris la vie, la où j'ai fait mes études, la où toute ma famille est.

Tout d'abord, il y a l'incompréhension. Parce que cela ne peut pas arriver.

De manière presque ironique, je me suis dit "La Belgique, sérieux, quelqu'un sait que ça existe ?". La plupart des gens ne savent même pas que Bruxelles fait partie du pays. C'est limite si on n'est pas une annexe de la France ou des Pays-Bas pour d'autres.

Petit pays qui est resté le plus longtemps sans gouvernement au monde, qui aime tant avoir sa propre politique qui diffère bien évidemment selon le niveau de compétence. A voir si tu trouves dans la communauté francophone, flamande ou germanophone. Ou dans la région flamande, wallonne ou bruxelloise. Personne ne s'y retrouve, a commencer par nous. Sachant que les communautés et les régions n'ont pas les mêmes territoires exactement.

Puis, tu réalises que oui, c'est bien arrivé à Zaventem la bombe, tu sais, l'aéroport que tu connais si bien. Oui, c'est bien dans le métro que tu as déjà pris quelques fois que des vitres ont éclatés.

Bien sûr, tu penses aux gens que tu aimes d'abord. Mais je savais que les miens étaient en sécurité, alors j'ai pensé aux autres.

J'ai regardé les infos, les images et j'ai réalisé que oui...

C'était bien arrivé chez moi. Et que tout avait changé pour moi aussi.


Petite balade à Asakusa (Tokyo)

Coucou mon cher caneton !

Aujourd'hui, j'avais envie de te parler d'une promenade que j'ai faite lors de mon voyage l'année dernière au Japon, plus particulièrement à Tokyo.

Lorsque nous sommes arrivées à Asakusa (le paradis des temples), mon amie et moi, nous avons été abordées par un homme qui se décrivait comme guide touristique. En échange d'argent, il allait nous expliquer un peu l'histoire du quartier. Au début, je ne voulais pas vraiment en entendre parler ; en Europe, ce genre de rabatteurs n'a pas très bonne réputation. Et puis mon amie (japonaise) m'a dit que cela pourrait vraiment être intéressant, et voir meme amusant. Et qu'elle me traduirait bien sur ce que l'homme dirait.

J'ai fini par craquer. 

Nous avons donc embarqué sur une sorte de char, une couette sur nos jambes et hop ! C'était parti.

Nous avons été jusqu'au pont ou on pouvait voir la Sky Tree et l'immeuble Asahi, puis nous nous sommes un peu baladé dans les petites rues.

Franchement, c'était un truc de dingue. L'homme était plus fin que moi et pourtant, il portait tout seul notre 'carrosse'.

J'espère qu'avec ces photos, tu pourras t'y plonger.

photo article asakusa voyage japon tokyo

 Le Kaminarimon (=Porte de la Foudre), conduisant au Senso-Ji

Journal d'une écrivaine ratée

Hello mon caneton !

Dans la vie, nous avons tous différents objectifs. Comme tu dois commencer à le savoir, ma passion est le voyage.

Mais j'ai toujours aimé écrire d'autre part. J'aime tout ce qui fait rêver, tout ce qui nous change de la vraie vie. Pas que ma vie ne me plaît pas, mais je suis juste un rêveuse.

Cela m'a d'ailleurs amené à comprendre dans quels métiers je souhaiterais travailler, mais ceci n'est pas la question. Je t'en parle un peu dans cet article.

Comme je te l'ai dit précédemment, écrire a toujours fait partie des choses que j'ai aimé faire, combiné avec la lecture et les jeux vidéos. J'ai commencé à coucher mes premières lignes à 14 ans avec des fanfictions (que personne ne verra, n'essaye pas).

Avec le temps est venu l'envie d'écrire un véritable livre ou une nouvelle par moi-même.

Mais comment te dire ... ? Plus vite dit que fait.

Voici donc le journal d'une écrivaine ratée.

#1: L'idée

photo article journal écrivaine ratée

La belle, la vraie, la grande. L'idée qui te réveille quand tu essaies de t'endormir. Cette idée qui te transcende. Celle qui te fait penser "Ca y'est, c'est la bonne !".

Tu mets tout en pause, envoies chier toute notion de sommeil pour la nuit, hop, tu attaques la prochaine idée.

Merci Mamy

Aujourd'hui, c'est la fête des grands-mères et je me dis que je te parlerais peut-être bien de la mienne.

Elle a accepté que je mette sa photo, même si elle n'aime pas internet. Elle a peur que le FBI ne la traque. Et que nos voisins trouvent qu'elle ait vieilli. Parce que son corps la trahit petit à petit alors qu'elle est toujours jeune dans sa tête.

photo article mamy

Ma mamy et moi, c'est une longue histoire d'amour. Parfois de haine. C'est une force de la nature, elle ne plie jamais. Elle ne sait pas ce que c'est de faire un compromis d'ailleurs.

Elle va te faire croire qu'elle a fait une concession alors que le perdant, c'est toi.

Ma grand-mère, elle n'a jamais aimé que mon grand-père. C'était le premier et le dernier et elle aime lui rappeler. C'est une romantique cachée.

Elle a survécu à la maladie de mon grand-père, le décès de son fils (mon papa) et de sa tante. Je l'ai vu pleurer peu de fois à ce point, mais dans ces moments, je lui tiens la main. Parce que je comprends. Parce que moi aussi, la douleur obscurcit tout à certains moments et que grâce à elle, j'y vois plus clair.

Elle s'est toujours tenue droite, elle n'a jamais abandonné. Avec le temps, elle m'a laissé une place pour supporter avec elle les choses de la vie qui sont parfois trop dures. Je suis devenue une adulte trop vite, elle aurait aimé que je reste une ado plus longtemps. Malheureusement, on n'a pas toujours le choix.

Ma mamy, c'est quelqu'un qui m'aime de toute son âme. Il n'y a pas d'amour plus pur que le sien.

On a eut nos différences, cela n'a pas toujours été facile. On s'est souvent hurlé dessus. Forcément. Nous avons deux caractères très forts. Mais nous nous sommes pardonnés toutes ces choses parce que nous savons que nous n'existons pas l'une sans l'autre. Maintenant, nous avons appris à composer avec l'autre.

Je t'écris ces quelques lignes pour parler avec toi de ma grand mère, qui est mon pilier. Et j'espère que toi aussi, tu as la chance d'avoir quelqu'un comme ça pour toi. 


Haul chez Too Faced !

Bonjour mon caneton !

Et oui, cela est devenu ton nouveau nom. Joli, non ?

Je trouve aussi.

Bref, aujourd'hui, je te retrouve pour un article sérieux. Un vrai de vrai. Un article qui envoie du pâté.

J'ai nommé : mon haul Too Faced.

Lors de mon erasmus, j'ai légèrement abusé sur mes dépenses shopping beauté. Le fait que ma mère soit à 3000 km, et ne peut donc pas me hurler dessus a certainement aidé.

Après tout, on ne vit qu'une fois n'est-ce pas ? (La fille qui veut se donner bonne conscience).

Je vais arrêter de te faire attendre et te montrer mon butin, tout de suite !

photo article haul too faced